http://www.ministrando.org/sitemap.xml.gz

 Réflexions sur l'avenir du Congo


Dans les mois à venir, je voudrais donner sur Facebook des réflexions sur l'avenir du Congo et le rôle du Congo dans le monde. Les Congolais doivent bien sûr déterminer à quoi ressemblera leur avenir et ils en sont eux-mêmes responsables. Cependant, un étranger peut tenir un miroir où les Congolais peuvent tirer leurs propres conclusions.


Réflexion 1

Lorsque je travaillais comme pédagogue au Congo, je rencontrais souvent des enfants très intelligents dans les écoles primaires. Je me souviens encore d'une jeune fille à Boende qui était très douée en mathématiques. Si cette fille avait pu faire des études supérieures, elle aurait pu devenir professeur d’université ou présidente d'une grande banque.

Au Congo, j'ai appris que l'intelligence et les talents sont répartis également entre toutes les races et tous les groupes ethniques. Partout, 5% des personnes sont très douées et 5% sont peu douées. S'il y a des différences entre les peuples, c'est le résultat de circonstances politiques, économiques, historiques et sociales. Tous les enfants ont des talents et il est impératif pour l'avenir du pays qu'ils puissent développer ces talents. Une bonne éducation primaire est le meilleur investissement pour l'avenir.

Au Congo, le potentiel de talents est énorme mais insuffisamment exploité. Si tous les enfants peuvent bien se développer, le Congo deviendra l'un des pays les plus prospères du monde. Le pays est très riche en matières premières. Il a une belle nature et il est vaste. Le Congo pourrait devenir le nouveau jardin d’Eden.


Réflexion 2

Le politicien comme modèle

La paix et la prospérité dans un pays sont obtenues grâce aux efforts du peuple. Le rôle du leader, du politicien ou du chef de l'Etat est d'inspirer les citoyens à prendre leurs responsabilités.

Comment inspirer les gens? Tout d'abord, en donnant l'exemple vous-même. Un vrai leader est un serviteur. Un politicien qui s'enrichit trahit son propre peuple. Dans mes livres, je propose un salaire maximum pour qu'il y ait une répartition plus équitable des richesses. Un vrai leader n'est pas un leader puissant, avec beaucoup de luxe et un corps gras; mais il vit dans la simplicité et est miséricordieux.

Un deuxième facteur d'inspiration est de répondre à la vocation de l'homme. L'homme est appelé à faire du bien à ses semblables. Les autres êtres humains ne sont pas seulement des membres de la famille, des membres du clan ou des compatriotes. Le christianisme a enseigné que nos ennemis sont aussi nos semblables: «Aimez vos ennemis». Un opposant politique n'est donc jamais emprisonné ou assassiné.

Un vrai leader ne crée pas de division et ne met pas les gens les uns contre les autres. Il ne considère pas les personnes aux convictions différentes comme des opposants, mais comme des personnes qu'il doit écouter attentivement. Le vrai leader ne voit pas la politique comme une lutte contre les opposants, mais comme un projet commun visant à apporter la paix, le bien-être et la prospérité au pays.


Reflection 3

Mission statement: L'idée centrale qui inspire mes écrits a trois objectifs: (1) tous les enfants, filles et garçons, doivent pouvoir recevoir une éducation de haute qualité partout dans le monde; (2) partout, les gens doivent pouvoir vivre dans la dignité et (3) dans tous les pays, les gens doivent être de bons gardiens de la nature.


Reflection 4

Le 21e siècle peut-il être le meilleur de tous les temps?

Nous ne vivons pas dans une Belle Epoque en ce moment, et l'époque des hippies et du flower power est révolue depuis longtemps. La pensée funeste est à l'ordre du jour. Selon certains, une répétition des horreurs du siècle dernier s'annonce. D'autres, au contraire, soulignent que nous ne l'avons jamais eu aussi bien et que le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté a diminué de centaines de millions.

La meilleure stratégie consiste à fixer des objectifs concrets. Les bonnes priorités doivent être fixées ici, afin d'éviter des développements risqués. Nous pensons aux objectifs suivants:


1. Tous les enfants, partout dans le monde, garçons et filles, doivent pouvoir recevoir une bonne éducation, afin que chaque enfant puisse développer ses talents de manière optimale

2. Chacun doit pouvoir se nourrir convenablement et sainement

3. Des soins de santé de bonne qualité, des soins aux personnes handicapées et aux personnes âgées doivent être accessibles à tous ceux qui en ont besoin

4. Les résidents d'un pays doivent tisser des liens à travers des valeurs communes, une histoire partagée s'étendant sur plusieurs générations et leur propre héritage culturel dont ils peuvent être fiers.

5. Ce lien doit se traduire par une répartition équitable de la prospérité, du travail pour tous et des réseaux de solidarité au niveau du quartier jusqu’à  l'échelle nationale.

6. Les conséquences négatives possibles du changement climatique ou des catastrophes naturelles d'une ampleur sans précédent sont traitées au niveau international.

7. La solidarité est le devoir éthique nécessaire pour atteindre ces objectifs. La solidarité dépend d'un sentiment d'appartenance. Dans un premier temps, la solidarité vise les compatriotes. Les pays forts peuvent montrer leur solidarité avec les peuples qui ont besoin d'aide pour atteindre les objectifs ci-dessus.

La connectivité - la base de la solidarité - dépend de la communauté et des expériences partagées. Il y a des peuples dans le monde qui chérissent les valeurs occidentales, d'autres qui valorisent les valeurs islamiques, bouddhistes ou confucéens. L'islam en particulier ne peut pas être réconcilié avec d'autres cultures et l'Occident doit s'abstenir de critiquer des pays aux valeurs différentes. La stratégie nécessaire pour faire du 21e siècle le meilleur siècle de tous les temps comprend les politiques suivantes:


1. Chacun retourne dans son pays d'origine afin que tous puissent vivre dans un pays où les résidents partagent des valeurs et des normes essentielles; où ils ont une histoire commune jusqu'à au moins cinq générations et où ils développent au mieux leur propre culture

2. Les immigrants bien formés qui sont rentrés se mettent à la disposition des secteurs de l'éducation et des soins de leur pays d'origine, contribuent à la construction économique de ces pays ou assument une responsabilité politique

3. Les pays puissants et riches grâce à l'interdépendance et à la forte identité font preuve de solidarité avec les pays qui ont besoin d'une assistance temporaire

4. Les conséquences négatives de la mondialisation et de la robotisation sont contrebalancées en donnant aux employés plus de voix dans le processus de production, en conservant les activités économiques dans leur propre pays et en appréciant davantage l'artisanat.

5. Grâce à une approche coordonnée au niveau international, les mesures nécessaires sont prises pour limiter les effets du changement climatique ou d'autres catastrophes naturelles. Cela peut aller des travaux d'infrastructure, de l'introduction de nouvelles techniques agricoles à la mise à disposition de zones à cultiver.


Réflexion 5

"Une religion pour adultes" est le titre d'une conférence d'Emmanuel Levinas en 1957 à l'abbaye de Tioumliline au Maroc.

 Dans une religion adulte, la liberté humaine est une condition nécessaire. Dans quelle mesure cette liberté individuelle peut-elle être conciliée avec la croyance en un Dieu tout-puissant et omniprésent? La liberté signifie que les gens ne sont pas fascinés ou désorientés par des pouvoirs surnaturels ou magiques. Dans ce cas, la religion est pure magie ou superstition.


Réflexion 6


La pandémie corona n'est pas une punition de Dieu, mais un avertissement divin pour rétablir l'harmonie entre l'homme et la nature et pour arrêter de détruire la nature.

Ceci est une répétition de l'histoire biblique de la tour de Babel. A Babel, les gens sont allés vivre dans une grande ville. Leur pouvoir a dû augmenter. Dieu est intervenu et Babel est devenu très chaotique. Les gens sont retournés dans leurs villages et dans leur propre région.

Les pandémies (Sars, Ebola, Covid-19) seront suivies de nouvelles pandémies si les gens ne changent pas leur mode de vie. Nous devons retourner dans les petites communautés et être de bons intendants de la nature dans laquelle nous vivons.


Réflexion 7

Comment organiser un pays?

En anglais, une distinction est faite entre "top down" et "bottom up". Top down veut dire que le pays est mené d'en haut. Le gouvernement impose les règles et les lois. Cette politique est autoritaire et la corruption est courante.

Dans le cas de ’bottom up’, le pays est organisé du point de vue des citoyens: la solidarité commence au sein de la famille, pierre angulaire de la société. Les familles forment ensemble le village, le quartier, la ville et le pays. La source de toutes les lois est cette solidarité entre les citoyens.

’Bottom up’ crée la paix, car chaque famille veut la paix. Le bien-être règne dans le pays, car les gens prennent bien soin les uns des autres au sein de la famille. La prospérité est créée, car dans la famille, le père et la mère travaillent ensemble pour donner à leurs enfants les meilleures opportunités.

Ne croyez pas aux promesses des politiciens en quête de pouvoir. Commencez dans votre propre famille et dans votre propre village à être solidaires les uns des autres.


Réflexion 8

Emmanuel Levinas est l'un des plus grands philosophes du XXe siècle. Sa famille a été presque entièrement massacrée par les nazis pendant la Shoah. Il a étudié la question de savoir comment empêcher un nouvel holocauste.

Partout dans le monde, dans chaque civilisation, en Occident, en Afrique ou en Asie, il y a danger de nouvelle guerre ou de nouvelle guerre civile. Pouvons-nous y mettre fin? L'humanité peut-elle atteindre un stade supérieur de civilisation?

Selon Levinas, nous atteignons un stade supérieur si nous apprenons à nous comporter de manière responsable. Mais qu'est-ce que la responsabilité?

La responsabilité est de prioriser les intérêts d'une autre personne sur vos propres intérêts.

L'autre est au cœur de la responsabilité. L'autre personne est n'importe qui: aussi des gens d'un autre clan, d'une race différente ou des gens avec une foi ou une opinion politique différente.

Dans une civilisation supérieure, nous ne voudrons pas combattre des opposants politiques, mais nous défendrons leurs intérêts! Aucune civilisation, même en Europe ou en Amérique, n'a atteint ce stade.

Pourquoi devrions-nous prioriser les intérêts des autres? Cela découle de la vocation de l'homme. Toute personne qui rencontre une autre personne entend l'appel à faire du bien à cette autre personne. Les politiciens, les commerçants, les fonctionnaires et tous les citoyens doivent être ouverts à cet appel: être toujours au service des autres, de tous sans distinction.

Si vous pensez profondément, l’appel de se comporter de manière responsable, est la voix de Dieu nous parlant à partir de l'autre homme.


Réflexion 9

Ce que l'humanité peut apprendre du peuple congolais

Les années que j'ai passées au Congo ont eu un impact énorme sur le reste de ma vie. Au Congo, j'avais le sentiment que j’avais trouvé la vraie vie. Là, les gens ont un contact chaleureux les uns avec les autres. A Boende, les gens se sont dit lors de leur rencontre: „Oleko”, ce qui signifie "êtes-vous là?". Une fois, j'ai passé la nuit dans un village le long de la Tshuapa. Quand le soleil s'est levé, j'ai entendu un homme dans un pirogue chanter au soleil: Oleko. Le soleil en fait également partie.

"Êtes-vous là" signifie que l'un est heureux de rencontrer l'autre. En effet, la vraie vie n'est pas dans les choses matérielles, mais dans la communauté avec les autres. C'est aussi pourquoi la danse en groupe est si importante pour le peuple congolais. Tout le monde suit le même rythme lors d'une danse. Les gens ne font qu'un, pour ainsi dire. Ce sentiment de connexion les uns avec les autres est ce qui a été ma plus profonde expérience au Congo.

Dans les villes modernes d'Occident et d'Asie, des millions de personnes vivent ensemble, mais la plupart sont seules. Il n'y a aucun sens de connexion là-bas. Les gens pensent qu'ils sont connectés les uns aux autres via Internet, Facebook ou Twitter. C'est une connexion fausse ou artificielle. En cette période de pandémie corona, nous vivons ce qui nous manque vraiment: le contact naturel et physique ordinaire, l'intimité d'être proches les uns des autres. Les adolescents en sont particulièrement troublés: leur développement est ralenti et beaucoup se sentent très malheureux sans contact avec leurs amis. La vie n'est pas réelle sans amitié.

Congo: c'est le pays de l'amitié!

L'humanité doit apprendre que nous pouvons vivre frugalement, afin que nous puissions distribuer la richesse plus équitablement et qu'il n'y ait plus de personnes qui ont faim ou vivent dans une grande pauvreté. Nous pouvons être très heureux sans vouloir constamment gagner de plus en plus d'argent. À quoi cela se résume finalement et ce qui a vraiment du sens dans nos vies: c'est l'amitié.

Dans l'amitié, il y a la charité. La charité est un commandement divin. C'est pour cette raison que Dieu est très proche au Congo. De temps en temps, c'est une expérience magique qui touche profondément les gens.

Je dédie cette réflexion aux Congolais qui sont devenus mes amis il y a longtemps. Cette mémoire n'est jamais perdue.


Réflexion 10

L'homme diffère d'un animal en ce qu'il est un être moral. Une personne peut être bonne envers une autre par sa propre volonté en en toute liberté. Un animal suit ses instincts.

Qu'est-ce que cela signifie qu'une personne est un être moral? Je donne les définitions morales suivantes de trois activités humaines essentielles:

(1) le but principal de l'éducation est de faire de l'enfant une bonne personne

(2) le but de l'économie est d'aider à combattre la pauvreté et la misère

(3) la priorité de la politique est d'apporter la paix, le bien-être et la prospérité au pays.

Il faut oser en tirer les conséquences. Voici un exemple:

Qui est riche et qui ne dépense pas sa richesse pour aider les personnes en situation de grande pauvreté est immoral. Il est comme un animal veillant sur son territoire

Un homme politique, un pasteur ou un chef d'entreprise riche est un mauvais exemple pour la population. Leur richesse doit être un moyen de sortir les pauvres de leur misère.

Réflexion 11  Basée sur la philosophie de Emmanuel Levinas (1906-1995)

Au nom de Dieu

L'athéisme est parfois mieux que d'être religieux, par exemple lorsque des gens sont tués au nom de Dieu. Une fois que les gens agissent au nom de Dieu, cela peut être dévastateur. Ces gens se sentent tout-puissants et ne sont plus inhibés par rien.

La vraie religion ou une religion des adultes considère Dieu comme l'éternelle inconnue, comme l'Autre infini et absolu. Nous n'avons une idée de Dieu que par l'expérience de notre prochain entrant dans notre monde. Cette expérience m'appelle à être bonne et à prendre mes responsabilités. Les intérêts de l'Autre ont priorité sur mon intérêt personnel. La liturgie est un acte où on donne inconditionnellement à l'Autre, c’est donner du pain aux affamés. Si nécessaire, je sors le pain de ma bouche.

Nous reconnaissons la vraie religion dans le comportement éthique de l'homme.

Toute religion peut mal tourner si l'on pense qu'on agit au nom de Dieu. La religion, c'est être bon, être responsable, aimer le prochain sans condition et avec altruisme.

Méfiez-vous des gens qui disent que Dieu est derrière eux. Ils sont comme des magiciens qui veulent abuser de la puissance de Dieu. Tout ce qui est dit à propos de Dieu est adapté à l'homme et est souvent utilisé à mauvais escient pour son propre intérêt (par exemple, les prédicateurs qui gagnent beaucoup d'argent). Le vrai et mature croyant donne tout et ne prend rien.

Réflexion 12

La morale n'a pas été inventée par les humains

Quelque chose a mal tourné avec le christianisme. Il y avait des raisons rationnelles de dire au revoir à l'Église. Cependant, l'enfant a été jeté avec l'eau du bain. Par «enfant», j'entends le pouvoir qui pousse les gens à adhérer aux valeurs fondamentales. Il est facile d'enfreindre une loi choisie par l'homme. Ces lois sont, par ailleurs, relatives et limitées dans le temps. Les commandements et interdictions de base ne peuvent pas être simplement ignorés ou violés.

La civilisation judéo-chrétienne est fondée sur des commandements et des interdictions formulés dans la Bible il y a plusieurs milliers d'années. Tel est le véritable et unique sens du fondement judéo-chrétien de la civilisation. Là, Dieu a été mentionné comme Celui qui a révélé les commandements et les interdictions au peuple.

En rejetant Dieu, il y a une chance que les commandements et interdictions de base soient également rejetés. Cela signifie la fin de la civilisation judéo-chrétienne.

Si nous voulons empêcher ce désastre, il ne s'agit pas de se repentir, de retourner à l'Église ou de confirmer sa foi en Dieu. Il s'agit d'accepter rationnellement que les commandements et interdictions de base ne sont pas inventés par les hommes eux-mêmes. Il existe une puissance supérieure qui appelle les gens à se comporter "humainement".

Les commandements et les interdictions bibliques forment la base d’une société juste et fraternelle. Il s'agit de loyauté dans les relations, de respect des droits et des biens de vos proches, d'amour inconditionnel et désintéressé, de renonciation à la violence. Si ces commandements et interdictions ne sont pas respectés à grande échelle, cela aura des conséquences désastreuses pour la politique, l'économie et les relations interpersonnelles. La gravité de ce dernier, par exemple, se voit dans le nombre énorme de mariages qui se terminent par un divorce. La destruction de la nature est également la preuve que nous n'avons aucun respect ou responsabilité pour ce que nous n'avons pas créé nous-mêmes, mais qu'il a été donné à l'humanité. Par qui?

Mais comment les hommes seraient-ils motivés pour adhérer aux valeurs bibliques?

Pour pouvoir gérer les conséquences du changement climatique ou vivre avec des épidémies en constante évolution, nous devons faire preuve d'une grande solidarité. Les commandements et interdictions bibliques sont nécessaires et fondamentaux pour cela.

La sécularisation peut éventuellement conduire à une apocalypse d'origine humaine. L'homme a été capable de l'Holocauste, même dans le pays le plus civilisé et le plus chrétien. Ces horreurs et toutes les autres horreurs dans le monde sont complètement opposées au message de la Bible. Si nous voulons éviter la répétition, nous devons placer au centre de notre vie la puissance supérieure qui a révélé les commandements et les interdictions. L'Église peut nous y aider, mais en tant qu'individus, nous devons le faire dans notre vie personnelle. La première chose que nous pouvons faire est de prendre à nouveau l'étude de la Bible au sérieux, car sans la sagesse de la Bible, nous serions perdus en tant que civilisation judéo-chrétienne.

Réflexion 13

Toutes ces manifestations, émeutes et violences liées au racisme aux États-Unis et ailleurs soulèvent la question de ce que cela apportera. Rien. Ne devrions-nous rien faire? Mettez d'abord les faits ensemble, mais ce n'est pas facile. Aux États-Unis, plus de Blancs sont tués par des policiers que de Noirs. Les noirs aux États-Unis commettent plus de crimes violents que les autres groupes ethniques. Le racisme aux États-Unis et en Europe n'est rien comparé au racisme dans les pays arabes ou en Afrique du Sud; et ainsi nous pouvons continuer. Mais toutes les données pour et contre qui peuvent être collectées ne répondent pas encore à la question de savoir comment réduire le racisme. De plus, les partisans et les opposants peuvent se battre avec de nouveaux faits.

Cela ne s'améliorera pas. Nous pouvons connaître une récession économique avec une hausse du chômage. Les différences entre riches et pauvres augmentent. Quelles seront les conséquences du changement climatique et y aura-t-il une deuxième phase de la pandémie du corona? Si l'incertitude, la peur, l'insécurité et la colère augmentent, la violence augmentera. Cela a peu à voir avec le racisme.

Lorsqu'on me demande quelles politiques sont en place en ces temps difficiles et à venir, je me réfère simplement à mes derniers livres. Si les choses commencent à devenir incontrôlables, chaque race ou groupe ethnique devra retourner dans son pays d'origine. Dans le même temps, un mouvement de solidarité mondial commence, à commencer par la famille, la famille élargie, le quartier, le pays, vers une coopération internationale entre réseaux de solidarité.

J'ai un sentiment intérieur de certitude que nous sommes à un tournant de l'histoire du monde. Une répétition de l'histoire de la Tour de Babel: un grand chaos est commencé et la suite sera que chaque peuple retournera au pays où il appartient. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, le président du Ghana pendant une visite officielle dans 5 pays de la Caraïbe disait qu’il y a 400 ans, les premiers africains ont été forcés de quitter le Ghana pour les Amériques. Aujourd’hui le président ghanéen invite leurs descendants à retourner au pays. Il a raison. Imaginez que tous les Africains retournent en Afrique: alors l'avenir brille pour ce continent

 (Toutes les réflexions sous ce lien: Congo)

autres textes:


 

   © Juliaan Van Acker 2020