https://www.ministrando.org/sitemap.xml.gz

Sans l'OTAN, il n'y aurait pas de guerre en Ukraine

La jeunesse européenne peut empêcher une guerre nucléaire en organisant en masse une croisade pour la paix vers la Russie et l'Ukraine

Le plus grand danger pour l'humanité ne réside pas dans de nouvelles pandémies, dans les conséquences du changement climatique, l'instabilité des marchés financiers, la menace d'une guerre nucléaire ou dans l'immigration massive. L'histoire montre que la plupart des gens sont suffisamment résilients pour résister aux catastrophes et faire face à des défis majeurs. Le plus grand danger réside dans les dirigeants mondiaux et les chefs de gouvernement en général qui fondent leurs politiques sur de fausses hypothèses. Le monde est devenu si complexe qu'il devient très difficile de prendre des décisions éclairées.

La plupart des chefs de gouvernement croient fermement à la mondialisation. Il semble évident que les problèmes mondiaux tels qu'une pandémie, le changement climatique ou une récession économique peuvent être résolus le plus rapidement et le mieux avec une approche bien coordonnée à l'échelle mondiale. Certains rêvent d'un gouvernement mondial. Dans un message vidéo au Forum Économique Mondial de Davos, le président chinois Xi Jinping a déclaré que les petits bateaux coulent dans une tempête, mais qu'un navire géant peut braver une tempête.

Zach Weissmueller, journaliste et producteur à la Reason Foundation, un groupe de réflexion américain basé à Los Angeles, affirme que si nous sommes tous dans un même navire et que la tempête devient trop violente, nous allons tous nous noyer. Selon lui, une concentration de pouvoir représente un risque existentiel. Une mauvaise mesure économique au niveau mondial peut plonger toute l'économie mondiale.

La mondialisation pose un risque énorme, en particulier parce qu'il y a tellement d'incertitude quant à la manière dont nous devrions résoudre les problèmes mondiaux mentionnés ci-dessus. Existe-t-il une meilleure alternative ? La recherche scientifique peut pointer dans une direction ici. Un scientifique découvre beaucoup de choses par hasard et c'est particulièrement réussi s'il essaie quelque chose de plus ou moins au hasard (par 'essais et erreurs'). C'est aussi pourquoi ce sont souvent des des excentriques et des scientifiques obstinés qui font de nouvelles découvertes. Quiconque dépend des subventions et qui travaille pour un grand institut international évitera les risques et surtout ne voudra pas faire des erreurs. Cependant, nous savons que nous pouvons apprendre de nos erreurs. Bien qu'une grande institution puisse fournir l'argent et les ressources nécessaires pour permettre la recherche de pointe et de haute technologie, c'est toujours le scientifique individuel qui a une intuition et force une percée. Ce qu’il faut est que les grandes institutions et organisations offrent aux individus talentueux et intrépides toute la liberté et les opportunités, ce qui échoue souvent parce que les personnes moins talentueuses et les fonctionnaires intrus ne leur accordent pas cette liberté.

Si ce raisonnement est correct, nous devrions décentraliser au maximum pour faire face aux grands problèmes de notre époque. Je commencerais par abolir l'Union Européenne pour donner à chaque pays souverain la possibilité « d'expérimenter » une politique innovante. Au sein d'une confédération, les pays souverains peuvent échanger leurs expériences afin de parvenir à de bons accords. Une confédération fonctionne mieux lorsque chaque pays souverain a la liberté et la possibilité de développer et de tester ses propres politiques. Au contraire, une union telle que nous la connaissons en Europe empêche l'innovation, le développement et donc aussi la possibilité de faire face aux grands problèmes de notre temps. L'incapacité de l'Europe à faire face à l'immigration massive de millions d'immigrants illégaux en est un parfait exemple. L'UE n'a joué aucun rôle significatif sur le covid-19. Les États membres ont « expérimenté » individuellement, échangé leurs expériences et finalement la pandémie a été contenue.

Un autre exemple actuel est la guerre en Ukraine. On ne sait pas au moment d'écrire ces lignes comment cela se passera. Il y a un risque qu'elle s'aggrave et que l'Europe s'enflamme. L'OTAN est en partie responsable de ce conflit avec la Russie. La Russie a été humiliée par l'élargissement de l'OTAN. Les chefs de gouvernement occidentaux prennent les mauvaises décisions depuis trente ans, malgré les avertissements de certains experts qui prédisaient la guerre dès les années 1990 si l'expansion de l'OTAN se poursuivait. Poutine, bien sûr, a également pris la mauvaise décision, qui est également immorale, car une guerre contre une nation frère est une folie et un mal. En tant qu'Européens, nous devrions également avoir honte qu'une guerre fasse à nouveau rage ici.

Mon hypothèse est qu'il n'y aurait pas eu de guerre ou d'autre agression de la part de la Russie si l'OTAN n'avait pas existé. Il y aurait eu des pays européens souverains qui auraient noué des liens étroits avec la Russie. Les expériences auraient été échangées entre les pays et peut-être aurions-nous déjà eu une confédération dont la Russie serait également membre. Malheureusement, il a un intérêt économique et militaro-stratégique aux États-Unis pour qu'il n'y ait pas de rapprochement avec la Russie au sein de l'Europe. Grâce à l'OTAN, les États-Unis ont le pouvoir et l'influence nécessaires pour empêcher la fraternisation.

Le Forum Économique Mondial est aussi, en un sens, un risque existentiel pour la civilisation occidentale. Ici, des plans sont élaborés et des accords informels sont conclus sur la base de l'hypothèse erronée que la mondialisation offre la solution aux grands problèmes de notre temps. L'ambiance chic de Davos, où se rassemble la soi-disant « élite » du monde, éblouit les participants. Qui oserait y élever une voix dissidente ? Si c'est par une certaine Greta, c'est une voix dans le désert ou c'est amusant pour le public.

Les voix dissidentes sont là. Les médias sociaux offrent aux individus la possibilité de proposer de nouvelles idées. Grâce aux podcasts, il y aura un nouveau printemps et un nouveau son. Beaucoup d'absurdités sont lancées dans le cyberespace, mais ceux qui y prêtent une attention particulière capteront les signaux sur Internet qui annoncent un nouveau monde. Il est difficile de prédire exactement à quoi ressemblera ce monde. Conformément à ce qui précède, je soupçonne que de plus en plus de citoyens prendront eux-mêmes des initiatives pour initier des actions de solidarité dans chaque conflit ou catastrophe. Cela se produit dans toutes les crises humanitaires, comme c'est le cas actuellement pour les réfugiés d'Ukraine.

Cependant, il y a plus : d'où ces citoyens trouvent-ils la motivation pour défendre les autres, même des pétrangers d'un pays lointain ? Il s'agit d'une merveilleuse forme de « mondialisation » ou plutôt d'approche des problèmes mondiaux du point de vue des citoyens individuels. Pourquoi ce sont surtout les citoyens occidentaux qui font preuve d'une telle solidarité au niveau international ? N'est-ce pas fondé sur l'éthique judéo-chrétienne sur laquelle notre civilisation est fondée ? Il ne s'agit pas d'être religieux ou ecclésiastique, mais du libre choix d'être miséricordieux, indulgent, désintéressé et se sacrifiant. Si les citoyens s'inspirent massivement de cette éthique, un monde sans guerre, avec une juste répartition des richesses et une bonne gestion de la nature, verra le jour et nous pourrons relever les plus grands défis du XXIe siècle. Bref, pour ceux qui veulent l'accepter : ce ne sera pas la mondialisation qui résoudra les problèmes du monde, mais l'éthique judéo-chrétienne qui appelle chacun à assumer sa responsabilité individuelle envers les autres (y compris les peuples dans les pays lointains et les générations futures ).

Une guerre nucléaire est imminente. Est-il encore justifié d'adopter une attitude attentiste ? Est-il légitime de placer des espoirs dans l'OTAN qui est en partie à l'origine des tensions ? Compte tenu de la gravité de la situation, la réponse à ces deux questions est définitivement non. J'espère qu'à travers les médias sociaux, les citoyens seront appelés en masse à agir pour créer une fraternisation entre la Russie et l'Ukraine et, en définitive, avec le reste de l'Europe. Il y a suffisamment d'influenceurs dans le cyberespace pour lancer cette croisade.

Juliaan van Acker est professeur émérite à l'Université Radboud de Nimègue  

voir aussi: La Sainte Alliance

   © Juliaan Van Acker 2022